STS-Report «Tierwohl im Detailhandel 2015/2016»

Bien-être animal et commerce de détail

Hormis la politique agricole et la législation sur la protection des animaux, le commerce de détail représente le plus important facteur d'influence pour le bien-être des animaux. S'agissant de la protection des animaux dans les étables, au cours des transports et dans les abattoirs, il est absolument décisif de savoir si et comment une entreprise assume sa responsabilité pour le bien-être animal, également en ce qui concerne l'importation de produits à base animale, et si son activité commerciale se prolonge également dans cette direction. Viande, œufs et lait issus d'une détention respectueuse des animaux?
Sous l'angle des quantités, les deux grands distributeurs que sont Coop et Migros écoulent le plus, et de loin, la viande sous label car chez eux, près de la moitié des principales sortes de viande (veau, bœuf, porc et volaille) sont aujourd'hui d'origine labellisée. L'exemple de ces deux grands et la demande croissante de produits provenant d'une détention respectueuse des animaux ont poussé d'autres détaillants à miser davantage sur des produits sous label. C'est ce qu'on fait très résolument Volg et Manor au cours des dernières années. Ils présentent parmi tous les détaillants le plus gros pourcentage au plan suisse pour les quatre principales sortes de viande, soit pas moins de 66 pour cent. Mais Spar, Lidl et Aldi font preuve d'efforts semblables. Même Denner, filiale de Migros, qui ferme la marche dans la présente évaluation du bien-être animal, a annoncé de manière étonnante, en septembre 2016, une coopération avec IP-Suisse.
Pour les œufs d'élevage en plein air et bio, Coop (avec 65 pour cent) et Migros (avec 60 pour cent) écoulent le mieux ces produits et, fait réjouissant, tous proviennent de Suisse. Chez Coop, 82 pour cent des œufs de ponte au sol sont également d'origine suisse.
Pendant des décennies, seules des exploitations bio ont veillé à davantage de bien-être animal dans la production de lait. Coop a soutenu le plus pertinemment les efforts de ces paysans et est le plus grand distributeur de lait bio et de produits laitiers bio à l'échelle nationale.

A quel point l'offre est-elle «suisse»?
En ce qui concerne les quatre principales sortes de viande couvrant près de 94 pour cent de la consommation par tête d'habitant, Volg détient la position de leader avec 98 pour cent de viande indigène, et est suivie par Migros avec 94 pour cent et Coop avec 89 pour cent. Manor et Coop, suivis de Volg, sont clairement les leaders concernant la part indigène d'œufs en coquille. Migros distribue - et c'est une déception - de faibles parts d'œufs suisses (79 pour cent) tout comme Aldi et Denner, totalement distancés. En ce qui concerne la part indigène de fromage à base de lait de vache, Volg (90 pour cent) et Manor (85 pour cent) occupent les premières places. Denner et Aldi sont également les derniers en l'occurrence.

La Suisse est l'un des plus grands importateurs de denrées alimentaires à l'échelle mondiale par tête d'habitant. Les deux grands distributeurs Coop et Migros promettent à leurs clients de respecter les standards suisses de protection animale d'ici 2020, pour les produits d'importation également. Chez Coop, 50 pour cent des poulets importés, et entre 97 et 100 pour cent des dindes, des oies et des canards correspondent actuellement aux standards de la production indigène. Quant à Migros, ceci est valable pour 63 pour cent des poulets importés et pour la totalité de l'importation de viande de dinde et de charcuterie à base de volaille.